Historique

Création du Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens

Le Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens (PACC) a été fondé par l’éditeur de musique Frank Davies en 1998.

Au fil d’une longue carrière en musique, principalement comme producteur et éditeur, Frank-DaviesFrank Davies a été motivé et inspiré d’abord et surtout par l’œuvre, la créativité et le talent des auteurs-compositeurs.

L’idée de créer un panthéon pour célébrer les auteurs-compositeurs canadiens lui est venue fortuitement alors qu’il siégeait à l’Académie canadienne des arts et des sciences de l’enregistrement (CARAS) au milieu des années 1980. M. Davies a été le premier éditeur de musique à la tête de cette organisation ainsi que le porte-parole des auteurs-compositeurs et éditeurs de musique parmi les professionnels de l’industrie musicale qui supervisent les prix Juno du Canada. Lors d’une réunion du conseil, Tom Sandler, fils de l’auteure-compositrice Ruth Lowe, qui a écrit le premier grand succès de Frank Sinatra, I’ll Never Smile Again, avait fait un exposé. Mme Lowe était morte récemment et son fils souhaitait qu’elle soit intronisée à titre posthume au Panthéon de la musique canadienne (PMC).

Le conseil d’administration de la CARAS, bien que sympathique à la cause de M. Sandler, en était venu à la conclusion qu’il n’était pas en posture de reconnaître les carrières des auteurs-compositeurs. La CARAS s’intéressait principalement aux réalisations récentes et globales des artistes du disque et à leurs œuvres dans le cadre du PMC.

Cette réunion fit forte impression sur M. Davies. Vivant depuis quinze ans au Canada et connaissant pourtant très bien la chanson de Mme Lowe, il n’avait jamais su que son auteure était canadienne. Et, parmi ses confrères de l’industrie musicale, il n’était pas le seul. « Je me suis dit qu’il devait y avoir beaucoup d’autres auteurs-compositeurs canadiens dans notre histoire, lointaine ou récente, dont les chansons sont célèbres, mais dont la carrière est méconnue. »

M. Davies décida que la seule façon de corriger cette méconnaissance du public et de l’industrie à l’égard des auteurs-compositeurs canadiens était de fonder un « Panthéon » national, apolitique, bilingue et sans but lucratif. Grâce au financement initial de M. Davies et de son entreprise, et ensuite de l’Association canadienne des éditeurs de musique (CMPA) et ses sociétés et personnes membres, le PACC/CSHF fut fondé en 1998. Peu de temps après, l’Association des auteurs-compositeurs canadiens (AACC) fut invitée à devenir partenaire de cette aventure et accepta. Vers la fin de 2002, la Société professionnelle des auteurs et des compositeurs du Québec (SPACQ) s’est jointe au PACC dans le but de lui fournir ses conseils et ses compétences particulières afin de rendre hommage aux réalisations des auteurs-compositeurs francophones du Canada. En préparation pour le premier gala annuel du PACC, qui a eu lieu en 2003, M. Davies a passé cinq ans à amener les différents regroupements de l’industrie à se donner la main pour soutenir le PACC financièrement. Le dernier des sept galas télévisés du PACC a été présenté en avril 2011.

Prise en charge du Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens par la SOCAN

En décembre 2011, à la demande expresse des coprésidents du PACC, Frank Davies et Peter Steinmetz, la SOCAN (Société canadienne des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique) a acquis le PACC. Le mandat du Panthéon est conforme aux objectifs de la SOCAN qui, en tant qu’organisation d’auteurs, compositeurs et éditeurs de musique, vise à défendre les droits de ses membres d’un océan à l’autre. L’appui et l’engagement de la SOCAN envers le Panthéon lui assure de pouvoir continuer à honorer les réalisations des auteurs-compositeurs francophones et anglophones, et de célébrer la richesse de cet héritage musical unique pour les années à venir. Le PACC continue d’être dirigé comme une organisation autonome par son propre conseil d’administration.