Toutes chansons intronisées
The World is Waiting for the Sunrise
  • Année de l'intronisation: 2003
  • Année de composition: 1918
Auteurs-compositeurs
Eugene Lockhart Lyricist
Ernest Seitz Composer
Artistes
Bing Crosby
Duke Ellington
Mary Lou Fallis
Jackie Gleason
Benny Goodman
Ben Heppner
Spike Jones
Laurel and Hardy
Willie Nelson
Oscar Peterson
Les Paul and Mary Ford

La populaire ballade de l’époque de la Première Grande Guerre, The World Is Waiting for the Sunrise a été publiée sous le pseudonyme de Raymond Roberts, car son véritable compositeur, le pianiste de concert Ernest Seitz, avait honte d’admettre qu’il écrivait des chansons populaires. Seitz n’avait pourtant pas à s’inquiéter : sa mélodie a transcendé le temps et les genres musicaux pour devenir un véritable classique.

Enfant prodige de la musique, Seitz a composé la mélodie de base de la pièce The World is Waiting for the Sunrise à l’âge de 12 ans. Quelques années plus tard, en 1916, Gene Lockhart lui a prêté main-forte et a écrit les paroles en un peu plus d’une journée.

D’abord publiée en 1919 sous forme de partition par Chappell-Harms, The World Is Waiting for the Sunrise fut l’une des chansons les plus populaires en 1920. Des enregistrements suivront au début des années 20, durant les premiers pas de la radio commerciale, notamment par Edward Allen, le ténor John Steel, le violoniste Leon Kofman, le baryton Reinald Werrenrathon, l’organiste Jesse Crawford et de nombreux orchestres de danse. Seitz en enregistrera lui-même une version pour le label Victor, en 1939.

La chanson est une ballade sentimentale, un genre très populaire au début du 20e siècle. Elle s’ouvre sur un couplet en la mineur puis change en do majeur afin de suivre les paroles où la nuit noire cède la place à la lumière du jour. (De nombreux enregistrements ultérieurs n’utiliseront tout simplement pas ce couplet d’introduction.)

L’optimisme du refrain dans lequel le lever du soleil est symbole d’espoir était très populaire auprès du public usé par la guerre : « Dear one, the world is waiting for the sunrise… And my heart is calling you! » (Librement : chérie, le monde attend le lever du soleil... Et mon cœur t’appelle !)

The World Is Waiting for the Sunrise a connu une deuxième vie à la fin des années 40 et elle a été reprise tant par des chanteurs populaires que des musiciens jazz et en 1951, c’était une des pièces préférées de nombreuses émissions de variétés à la télévision. Elle a été reprise dans d’innombrables genres : par des crooners (Bing Crosby), par des « big bands » et autres orchestres (Duke Ellington, Casa Loma Orchestra, et bien d’autres), à la clarinette jazz (Benny Goodman), à la guitare blues (Chet Atkins), en rock and roll (Bill Haley), en doo-wop (The Larks), en version pop (The Osmonds), country (Don Gibson, Willie Nelson), et même en version electronic dance music (Distance). Les Beatles la chantaient au début de leur carrière, mais ils ne l’ont jamais enregistrée.

Le guitariste Les Paul et la chanteuse Mary Ford ont obtenu un disque d’or grâce à leur version quick-step country blues en 1949, et celle-ci s’est rendu en 19e position du palmarès de fin d’année de Billboard en 1951. La version humoristique et fantaisiste de Stan Freberg, en 1952, a été élue choix du Disc Jockey par Billboard.

The World Is Waiting for the Sunrise a également été interprétée par Doc Severinsen and the Tonight Show Band, Jackie Gleason, Spike Jones, Fritz Kreisler, Gene Krupa, Vera Lynn, Guy Mitchell et Mitch Miller, Jack Teagarden et Takeshi Terauchi, tandis qu’au Canada ce sont notamment Ben Heppner, Bert Niosi, Peter Appleyard, Oscar Peterson, Ed Bickert et Mary Lou Fallis qui l’ont reprise.

Stan Laurel l’a chantée dans le film de Laurel et Hardy intitulée « The Flying Deuces » (1939) et on la mentionne également dans la pièce The Glass Menagerie de Tennessee Williams.

Cent ans après la création de The World Is Waiting for the Sunrise, la pièce n’a pris aucune ride.

Né à Hamilton, en Ontario, Ernest Seitz (1892 - 1978) est l’un des plus grands pianistes de concert canadiens, et il a longtemps été le directeur du Royal Conservatory of Music.

Le dramaturge et acteur Eugene Lockhart (1891-1957) est né à London, Ontario. Il a joué pour le club de football les Argonauts de Toronto, écrit des comédies musicales à succès et a été en nomination pour l’Oscar du Meilleur acteur dans un rôle de soutien en 1938 pour son jeu dans « Algiers ». Parmi ses autres compositions, on retrouve notamment « In Your Wedding Gown » et « Moon Dream Shore ».

Lire l'article au complet
/
The World is Waiting for the Sunrise - Interprétation de Measha Brueggergosman
"The World is Waiting for the Sunrise" interprétée par Measha Brueggergosman et le pianiste Doug Riley lors de la cérémonie d'intronisation 2003 au PACC.
Articles apparentés
le 24 octobre, 2018

The Hockey Song de Stompin Tom Connors intronisée au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens

Communiqués de presse
le 22 octobre, 2018

La chanson « Québécois » du groupe La Révolution Française Intronisée au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens

Communiqués de presse
Nos partenaires