Retourner

Kim Mitchell

Année de l'intronisation: 2021
Origine: Toronto, Ontario

Kim Mitchell, lauréat de trois prix JUNO, a connu non pas une, mais deux carrières fructueuses dans le monde de la musique – la première en tant qu’auteur-compositeur et guitariste principal du populaire groupe rock Max Webster, et la seconde en tant qu’artiste solo avec des succès presque trop nombreux pour être comptés.

Né à Sarnia, Ontario, en 1952, Joseph Kim Mitchell a commencé à jouer de la guitare avec des groupes locaux de Sarnia. Lorsqu’il a décidé de se diriger vers les feux de la rampe de la scène musicale de Toronto, son père lui a fait cadeau de 200 $ et lui a souhaité bonne chance.

En tant que leader de Max Webster, du début des années 1970 jusqu’à sa dissolution en 1981, Mitchell – en compagnie du parolier Pye Dubois (Paul Woods) – a écrit la plupart des chansons du groupe, y compris Hangover, High Class in Borrowed Shoes, Diamonds, Diamonds, Oh War, et Paradise Skies qui a été un succès au Royaume-Uni. Sa chanson Battlescar, également finaliste pour un JUNO pour l’ingénierie sonore, a également été enregistrée par Max Webster avec des membres de Rush (également intronisés au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens). Grâce aux talents créatifs incomparables de l’équipe Mitchell-Dubois, Mitchell-Dubois a vu certains de ses albums certifiés or et multiplatine.

Lorsque Max Webster s’est séparé, Mitchell a lancé un EP éponyme qui a marqué le début de sa carrière solo. Ce premier enregistrement lui a valu un premier JUNO dans la catégorie Chanteur le plus prometteur.

En 1984, il a poursuivi sur cette lancée avec la parution de « Akimbo Alogo ». Cet album incluait notamment la pièce Go For Soda qui deviendra un Classique SOCAN en plus d’atteindre la 12e position du palmarès rock et la 86e du palmarès Hot 100 de Billboard.

Fort de ce succès, il lancera ensuite « Shakin’ Like a Human Being » qui sera certifié triple-platine en plus de remporter le JUNO de l’album de l’année. On y retrouvait les succès Alana Loves Me, Patio Lanterns, That’s the Hold et Easy to Tame.

Patio Lanterns, une chanson parfaite pour les ondes radiophoniques, a été créée avec Dubois à l’extérieur des bureaux de leur maison de disques à Toronto. Comme l’a raconté Mitchell à la SOCAN, « on était assis dans ma camionnette et on jasait, puis il m’a montré ce texte. Il a dit que c’était très différent de ce qu’on faisait habituellement et j’ai simplement attrapé ma guitare et j’ai tout de suite trouvé la mélodie. Le plus gros de la chanson m’est venu là, à l’intersection de Queen et Sherbourne. »

Cette collaboration deviendra le plus important succès commercial de Mitchell et elle atteindra la 12e position au Canada et la 36e position sur les palmarès rock aux États-Unis.

Pour expliquer le succès de la chanson pop Patio Lanterns par rapport à son matériel rock habituel, Mitchell affirme que c’est la chanson, et non l’auteur-compositeur, qui doit déterminer le style du produit fini : « J’écris pour la chanson, c’est tout. Il faut permettre à la chanson de devenir ce qu’elle veut devenir, il ne faut pas essayer d’en faire quelque chose qu’elle n’est pas. »

Quand on lui demande s’il recommande d’éditer une nouvelle composition, il répond avec un « non » sans équivoque : « Je ne me censure jamais lorsque je suis en processus de création. Et je crois que personne ne devrait se censurer. Si vous êtes un musicien de heavy metal et que soudainement vous écrivez une chanson country, laissez-la voir le jour. Ne l’étouffez pas. »

Mitchell remportera son troisième JUNO dans la catégorie chanteur de l’année pour son album « Rockland » (1989) certifié double platine. Parmi ses autres grands succès, on retrouve le Classique SOCAN Roc ’n’ Roll Duty (No 7 au Canada et No 43 sur le palmarès de fin d’année de Billboard en 1989) et Rocklandwonderland (No 10 au Canada). America, en 1992, se rendra au No 3 et Some Folks, en 1993, s’inscrira dans le Top 20.

Après avoir reçu le Prix National de la SOCAN en 2004, Mitchell a entamé une nouvelle carrière comme animateur radio et il continue à écrire et donner des spectacles.

Comme il l’a un jour déclaré à The Record, « suivez vos passions. Voilà mon message. »

Lire la biographie complète
Articles apparentés
le 03 mai, 2022

De « Summer of ’69 » à « What About Love » : parions que vous ne saviez pas que c’est Jim Vallance qui a écrit ces chansons

Blogue
le 07 avril, 2022

Le monde a bien changé – La chanson classique du groupe 1755 intronisée au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens

Communiqués de presse
Nos partenaires