Retourner

Randy Bachman

Année de l'intronisation: 2005
Origine: Winnipeg, Manitoba

Le talent musical peut parfois écloré à un très jeune âge. Randy Bachman en est l’exemple parfait : il a à peine trois ans lorsqu’il remporte un concours d’amateurs organisé par une station de radio de Winnipeg.

Après avoir appris la musique au violon, Randy se tourne vers la guitare au début de son adolescence. À l’âge de 13 ans, il fait la rencontre de Lenny Breau, lui aussi adolescent et brillant guitariste de jazz, qui aura une grande influence sur sa carrière musicale.

S’ensuit une période formatrice et fort enrichissante. Le tournant décisif survient toutefois le soir où Randy voit Elvis à la télévision. Il est à la fin de son adolescence lorsqu’il attrape la fièvre du rock ‘n’ roll et décide d’entreprendre une carrière dans la musique populaire. Nous sommes au début des années 60 quand il fait la rencontre de Chad Allan, avec qui il forme le groupe Chad Allan and The Expressions, qui deviendra par la suite The Guess Who.

C’est tout à fait par hasard que le groupe trouve son nom définitif à la suite d’une campagne promotionnelle fort originale organisée pour la sortie de leur première chanson, Shakin All Over, en 1965. À cette époque, les radios font peu de place aux musiciens canadiens. On décide donc de lancer le disque avec une pochette sur laquelle est écrit tout simplement Guess Who? (« Devinez qui? »). Certains croient alors qu’il s’agit d’un groupe britannique. L’attrape fonctionne : les disques-jockeys font jouer le disque et le nouveau nom colle au groupe, qui se fait désormais appeler The Guess Who.

Lorsque Burton Cummings se joint au groupe, Randy trouve en lui son égal et les deux musiciens se mettent à composer de nombreuses chansons à succès. Les certifications or et platine se succèdent : These Eyes, Laughing, No Time et, la plus connue d’entre toutes, American Woman. Cette chanson est la première pièce d’un groupe canadien à atteindre la première position du palmarès Billboard. Elle demeure numéro 1 pendant trois semaines.

En 1970, les ventes de disques des Guess Who sont supérieures à celles de tous les artistes canadiens réunis et dépassent même celles des Beatles cette année-là. Mais 1970 est aussi l’année où Randy Bachman décide de quitter le groupe pour réaliser ses propres projets. Il se joint à son plus jeune frère Rob, à Chad Allan, et plus tard, à Fred Turner pour former un groupe de country-rock appelé Brave Belt.

Après deux albums qui connaissent un sujet mitigé, Brave Belt est près de rendre les armes. Une offre de dernière minute d’une maison de disques redonne espoir aux membres du groupe, qui change son nom pour Bachman-Turner Overdrive et décide de tenter le coup une dernière fois. Prodigieusement, Randy se retrouve au sommet du palmarès avec plusieurs chansons qui se révèlent être des succès monstres à la radio. Tout commence avec Takin’ Care of Business, puis You Ain’t Seen Nothin’ Yet, qui devient numéro 1 dans plus de 20 pays. Parmi les autres compositions à succès de Randy, il y a Lookin’ out for #1, une pièce aux influences jazz, Let it Ride et Hey You.

La carrière de Randy repose depuis toujours sur sa capacité et son désir inépuisable de créer de la musique. En plus de travailler à ses nombreux albums, il écrit aussi des chansons et réalise des disques pour d’autres artistes. Son travail de réalisateur et d’auteur avec le groupe rock canadien Trooper permet à la formation d’obtenir des disques d’or et platine au cours des années 70. En 1975, son travail avec ce groupe est récompensé par un Juno.

Son génie musical l’amène à collaborer avec ses contemporains, comme Carl Wilson des Beach Boys. Aujourd’hui, Randy est tout aussi enthousiaste à l’idée de travailler avec de jeunes auteurs. Plus récemment, il a écrit des chansons pour Maren Ord, en nomination comme meilleure chanteuse aux Junos, et pour Ryan Malcolm et Kalan Porter, les gagnants de Canadian Idol. Il continue aussi d’aider de jeunes artistes à faire carrière dans l’industrie de la musique.

En 1987, les Guess Who ont été intronisés au panthéon de l’Académie canadienne des arts et des sciences de l’enregistrement (CARAS). Le groupe s’est aussi reformé afin de représenter fièrement Winnipeg, leur ville d’origine, à l’occasion de la cérémonie d’ouverture des Jeux panaméricains de 1999. La même année, Lenny Kravitz reprend American Woman, la chanson avec laquelle les Guess Who se sont faits connaître, ce qui permet à une nouvelle génération de fans de découvrir ce classique du rock. Cette chanson a aussi été reprise sur la bande sonore de nombreux longs métrages, notamment pour Austin Powers 2 – L’espion qui m’a tirée, mettant en vedette un autre Canadien, Mike Myers. Les Guess Who ont ensuite multiplié avec succès les tournées un peu partout en Amérique du Nord, en 2000, 2001 et 2002.

Les talents d’auteur et de compositeur de Randy Bachman ont maintes fois été salués. Hal Leonard a publié un recueil de chansons de Randy, avec les arrangements pour chorales, fanfares et ensembles de jazz. Des artistes aussi divers que James Last et Alabama ont enregistré ses chansons. En 2001, la Société des compositeurs, auteurs et éditeurs de musique du Canada lui a rendu hommage, ainsi qu’à Burton Cummings, pour leurs succès These Eyes et No Time. Cet honneur s’inscrit parmi tous les autres qu’il a reçu : plus de 120 disques d’or et platine et plus de 40 millions de disques vendus au cours de 40 ans de carrière.

Randy Bachman a été intronisé au Panthéon de la musique canadienne en 2002 et a reçu le Prix du Gouverneur général pour les arts de la scène la même année. Le complexe musical de son ancienne école secondaire à Winnipeg porte désormais son nom, et ses archives personnelles sont conservées aux Archives nationales du Canada. En 2000, la maison d’édition McArthur and Company a publié son autobiographie, Takin’ Care of Business.

Lire la biographie complète
/
Discours de Randy Bachman et de Burton Cummings
Randy Bachman et Burton Cummings du groupe rock The Guess Who sont intronisés au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens (PACC) en 2005.
Articles apparentés
le 22 octobre, 2019

Le Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens intronisera six chansons qui ont marqué les années 60, 70 et 80 et qui ont vu le jour à Toronto avant de conquérir le monde

Communiqués de presse
le 09 octobre, 2019

L’auteure-compositrice prodige Lowell et le finaliste du prix Polaris Les Louanges remportent l’édition 2019 du Prix Slaight Music pour un auteur-compositeur émergent présenté par le Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens

Communiqués de presse
Nos partenaires