Retourner

Sam Gesser

Année de l'intronisation: 2007
Frank Davies Legacy Award
Origine: Montréal, Québec
1930-2008
© Photo Credit Library & Archives Canada

Pendant plus de 40 ans, Samuel Gesser a contribué aux arts et à la culture canadienne et montréalaise en produisant plus d’une centaine d’enregistrements d’artistes et de groupes canadiens.

Il a également écrit de nombreux scénarios pour la radio et la télévision et a donné des cours sur l’industrie du spectacle à l’Université Concordia. En tant qu’imprésario très en vue à Montréal, Sam Gesser a monté, produit et fait la promotion de spectacles de musique folk, de musique classique, de groupes légendaires de musique rock et des comédies musicales. Il a également été producteur de pièces de théâtre et de comédies musicales pour la scène et l’écran.

Harry Belafonte, un ami de longue date de Sam Gesser depuis plus de 40 ans, l’affubla du qualificatif de « meilleur imprésario en Amérique du Nord : c’est lui qui m’a enseigné comment on doit traiter un artiste », confiait-il au journal The Gazette en 1997.

Samuel Gesser est né à Montréal le 7 janvier 1930 dans une famille d’immigrants polonais. Bien que ses parents n’aient pas eu de contacts particuliers avec les arts et le show-business, il raconte qu’il s’est toujours senti attiré par l’industrie du spectacle. Il y fit ses premières armes en 1944, à l’âge de 14 ans, comme vendeur de crème glacée dans un cinéma de Montréal. Il pouvait travailler dans un cinéma, mais il était trop jeune pour être admis dans la salle pour voir les films qu’on y présentait. « Je ne voyais que des images par l’embrasure de la porte et je devais reconstituer mentalement ce qui se passait à l’écran, explique-t-il. C’est comme ça que j’ai découvert le potentiel de créativité qu’on a en soi et l’art de rendre une chose intéressante. »

C’est en 1948 à 20 ans, que Sam Gesser fit son entrée dans l’industrie de la musique. Tout a commencé par l’achat d’un disque Folkways à Chicago. Cette étiquette avait la réputation de savoir découvrir et enregistrer des chanteurs de musique folk authentique. Ayant remarqué que personne ne représentait les disques Folkways au Canada, Gesser se rendit à New York rencontrer Moses Asch, le propriétaire de la compagnie, et revint au Canada avec le contrat de distributeur canadien des disques Folkways en poche.

En 1951, après l’invitation de Folkways d’enregistrer plus de folklore canadien, Gesser fonda l’étiquette Allied Records et enregistra du répertoire folklorique de tradition orale à travers le pays, ainsi que certaines des chansons qu’il avait recueillies d’un océan à l’autre. C’est ainsi qu’il enregistra Jean Carignan, Alan Mills, Marius Barbeau et plusieurs autres.

Au début des années 50, Sam Gesser commença à produire des groupes. Son premier spectacle à titre d’impresario fut un concert de Pete Seeger, dont les chansons folks à connotation sociale allaient devenir, au cours de la décennie, la cible des radicaux du « Maccarthysme ». Ravi de son succès avec Seeger, Gesser organisa des spectacles à Montréal avec des vedettes internationales, notamment Isaac Stern, Marian Anderson, Maureeen Forester et Andres Segovia, pour ne nommer que ceux-là.

En 1956, Gesser contribua à la formation des Feux-Follets, une troupe de 65 danseurs de folklore qu’il aida en tournée à travers le Canada. En 1967, il se vit confier la programmation canadienne de l’Expo 67 et, quatre ans plus tard, il joua le même rôle à l’Exposition internationale d’Osaka. Ce furent des années d’activités intenses pour Sam Gesser, qui enregistrait en même temps des artistes canadiens chez Elektra et Folkways et écrivait des scénarios radiophoniques pour CFCF et, plus tard, pour la CBC.

Sam Gesser fut l’un des premiers impresarios indépendants locaux à présenter des séries de concerts de musique classique par abonnement dans les premiers jours de la Place des Arts de Montréal. Il fut aussi le premier à faire revivre la tradition de pièces de Broadway, en les présentant cette fois à la Place des Arts et non au Her Majesty’s Theatre, comme le voulait la tradition à Montréal. Durant les années 1970, Gesser présenta Hair en français et en anglais à Montréal, organisa une tournée du Festival de Stratford (Ontario) et produisit Monica la Mitraille, une comédie musicale basée sur la vie de la Montréalaise surnommée Machine Gun Molly. Dans les années 1980, il finança la version musicale de The Apprenticeship of Duddy Kravitz de Mordecai Richler, une production dont la création mondiale eut lieu au Citadel Theatre de Edmonton en 1984. Par la suite, il fonda les Entreprises Gesser.

Sam Gesser assura la présentation de quelques 3 500 représentations de tous genres au cours de sa carrière, dont Nana Mouskouri, Victor Borge, Liberace et Harry Belafonte.

La Smithsonian Institute honora Sam Gesser pour ses contributions et ses connaissances du patrimoine culturel de l’humanité, grâce à la production de nombreux enregistrements de matériel lié à la musique traditionnelle canadienne.

Le Canada exprima sa gratitude envers Samuel Gesser en le faisant membre de l’Ordre du Canada, en raison de son apport important à la promotion des arts de la scène.

Lire la biographie complète
/
Sam Gesser est intronisé au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens (PACC)
Sam Gesser est presenté avec le Prix du patrimoine Frank Davies du Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens en 2007.
Articles apparentés
le 22 octobre, 2019

Le Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens intronisera six chansons qui ont marqué les années 60, 70 et 80 et qui ont vu le jour à Toronto avant de conquérir le monde

Communiqués de presse
le 09 octobre, 2019

L’auteure-compositrice prodige Lowell et le finaliste du prix Polaris Les Louanges remportent l’édition 2019 du Prix Slaight Music pour un auteur-compositeur émergent présenté par le Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens

Communiqués de presse
Nos partenaires