Retourner

Hank Snow

Année de l'intronisation: 2003
Origine: Brooklyn, Nova Scotia
1914-1999

Hank Snow perfectionna son imitation de son idole, Jimmie Rodgers, d’une guitare hawaiienne qu’il acheta pour 5,95$ dans un catalogue Eaton.

Hank Snow fut si populaire aux États-Unis qu’on en oublia parfois ses origines canadiennes. Il fut tout de même le premier à déclarer que c’est au Canada qu’il composa quelques-unes de ses meilleures chansons, à l’époque où une carrière aux États-Unis n’était qu’un rêve pour lui.

Né Clarence Eugene Snow le 9 mai 1914 à Brooklyn, dans le comté de Queens en Nouvelle-Écosse, Snow se servit de la musique pour passer à travers une enfance tumultueuse. Il apprit à jouer la guitare hawaiienne de sa mère et acheta son propre instrument en 1926, dans un catalogue d’Eaton pour 5,95$. C’est de cette guitare dont il se servit pour perfectionner son imitation de son idole Jimmie Rodgers.

Surnommé « Hank, le ranger turluteur », Snow devint un artiste populaire avec sa propre émission de radio hebdomadaire sur les ondes de CHNS, une station de Halifax, mais son désir d’enregistrer le poussa à composer des chansons. En 1936, lors d’une audition pour RCA Victor à Montréal, un représentant lui expliqua que sans matériel original, la compagnie de disque n’aurait pas de place pour lui. Snow mentit et répondit qu’il avait deux bonnes chansons. Il se dépêcha de retourner à sa chambre d’hôtel et composa Lonesome Blue Yodel et The Prisoned Cowboy et les enregistra le lendemain.

Snow écrivit des chansons itinérantes, des chansons de cow-boys et des hommages à sa terre natale. Il fut toujours loyal au style traditionnel country, refusant de chanter ou d’écrire des chansons de nature suggestive qui parlaient de la boisson ou qui mentionnaient des narcotiques. Sa première chanson itinérante, I’m Movin’ On, s’avéra être un de ses plus grands succès à vie, atteignant la première position des palmarès country en 1950 pour y rester 21 semaines consécutives. À mesure que sa popularité augmenta, il effectua des visites fréquentes au Grand Ole Opry.

Entre 1951 et 1955, Snow obtint 24 succès dans le top 10 du palmarès, dont The Golden Rocket, The Rhumba Boogie et I Don’t Hurt Anymore. Il fut un habitué du top 10 country jusqu’en 1965 avec des succès tels Big Wheels (no 7, 1958), Beggar to a King (no 5, 1961), I’ve Been Everywhere (no 1, 1962) et Ninety Miles an Hour (Down a Dead End Street) (no 2, 1963).

Snow fut non seulement le plus grand musicien country du Canada, mais également celui avec la plus longue carrière. En 1974 et à l’âge de 60 ans, Hank Snow confirma à nouveau son statut légendaire avec un dernier succès numéro un pour la pièce Hello Love, faisant ainsi de lui le plus vieux musicien de musique country à obtenir un numéro un.

De son vivant, Snow enregistra plus de 100 albums : 26 se classèrent au palmarès et 54 extraits atteignirent le top 100. Il fut voté « Meilleur artiste country du Canada » à 10 reprises. Il fut intronisé dans huit panthéons, dont le Temple de la renommée de la musique country, le Temple de la renommée de la musique country du Canada, le Panthéon des auteurs et compositeurs (US) et le Temple de la renommée de la Nouvelle-Écosse.

Lire la biographie complète
/
Hank Snow est intronisé au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens (Discours de Jimmie Rodgers Snow (Fils de Hank Snow))
Hank Snow est intronisé au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens à la cérémonie d’intronisation en 2003.
Articles apparentés
le 18 juillet, 2019

Les trésors nationaux et légendes de la musique country Ian Tyson et Sylvia Tyson intronisés individuellement au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens

Communiqués de presse
le 11 juin, 2019

« Hot Child in the City » intronisée au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens à Vancouver, ville natale de Nick Gilder et James McCulloch

Communiqués de presse
Nos partenaires