Retourner

Rush

Année de l'intronisation: 2010
Origine: Neil Peart – Hamilton, Ontario Geddy Lee – Toronto, Ontario Alex Lifeson – Fernie, British Columbia
© Photo Credit SOCAN

Formé en 1968, le groupe Rush a connu une carrière prolifique avec des statistiques de ventes plaçant le groupe rock en 4ème position pour avoir remporté le plus d'albums or ou platine derrière les Beatles, les Rolling Stones, et Aerosmith.

Le groupe Rush, formé en 1968, a connu une carrière prolifique s’étalant sur quatre décennies. Durant ces nombreuses années, Rush a remporté de nombreux prix, dont 24 disques d’or et 14 disques platine et 3 multi-platine. Par ailleurs, le groupe a pulvérisé des records d’écoute et de ventes. Il s’est emparé de la 79ème place des ventes d’albums aux États-Unis, totalisé 40 millions d’albums vendus à travers le monde. Selon la Recording Industry Association of America (RIAA), les statistiques de ventes de Rush placent le groupe rock en quatrième position pour avoir remporté le plus d’albums or ou platine consécutifs, derrière The Beatles, The Rolling Stones et Aerosmith.

Rush a été intronisé au Canadian Music Hall of Fame en 1994 et a récolté les honneurs de multiples prix JUNO. Les membres de Rush sont les premiers à être décorés Officiers de l’Ordre du Canada en tant que « groupe », le 9 mai 1996. Rush a également été acclamé par d’innombrables formations rock, dont Metallica, Smashing Pumpkins, Dream Theater et Primus, se révélant une influence fondamentale.

Rush s’inscrit comme l’un des groupes parmi les plus exceptionnels et immuables jamais constitués au Canada, jouissant d’un appui incomparable de la part de ses admirateurs. C’est de manière plutôt modeste que Rush a pris son envol, jouant des reprises musicales dans les bars du coin et lors d’événements scolaires. C’est en 1973 que la formation lance Not Fade Away, une reprise de Buddy Holly. Ce premier 45 tours comprenait une piste écrite par les membres du groupe eux-mêmes, qui apparaissait sur la face B et qui était intitulée You Can’t Fight It. Ce premier disque passant presque inaperçu et n’étant promu par aucune maison de disques, le groupe a alors pris l’initiative de créer sa propre étiquette, baptisée Moon Records (devenue plus tard Anthem Records).

Rush signe son entrée dans le monde en 1974 avec un album éponyme arborant l’étiquette créée une année plus tôt. Donna Halper, animatrice et directrice de la programmation musicale de la station de radio WMMS, située à Cleveland en Ohio, a capté puis placé le 45 tours Working Man en diffusion régulière. La popularité du 45 tours a alors incité Mercury Records à lancer l’album en entier aux Etats-Unis cette même année. Peu après le lancement de cet album initial et deux semaines avant la première tournée du groupe aux Etats-Unis, Neil Peart a remplacé le batteur Rutsey pour former le groupe que l’on connaît aujourd’hui.

Chacun des membres du groupe a rapidement trouvé sa place au sein de la formation, et ce, de façon naturelle. Neil Peart a pris la relève de Geddy Lee en tant que parolier principal, alors que ce dernier se révélait plus intéressé par la composition musicale, tout comme Alex Lifeson. La grande passion de Peart pour le merveilleux, le fantastique, la science fiction et la littérature individualiste se manifeste dans toute sa splendeur à travers ses écrits, dans le deuxième album du groupe, « Fly By Night » (1975). Lancé peu de temps après, le troisième album de Rush, « Caress of Steel » (1975), est construit selon une structure musicale épique présentée pour la première fois dans « Fly By Night ». Toutefois, les cinq pistes hard-rock qui composent l’album « Caress of Steel » mettent particulièrement l’emphase sur la narration et sur des arrangements musicaux complexes.

Comme plusieurs artistes qui s’écartent de l’horizon d’attente et des normes établies, Rush a immédiatement attiré la foudre de ses détracteurs, qui l’ont accusé d’avoir sorti un album « indéfini », à la suite de quoi la maison de disques a exhorté le groupe à réaliser un album plus commercial. Pourtant, les membres du groupe, ne succombant à aucune pression, présentent, en 1976, l’album « 2112 », dont la première piste englobait la face A en entier. L’album « 2112 » a été certifié platine au Canada et a procuré le succès commercial au groupe, lequel lançait son premier album enregistré devant public peu de temps après. L’album « All The World’s A Stage » (1976) présentait des enregistrements de son concert au Massey Hall de Toronto, alors que Rush tenait la tête d’affiche trois soirs d’affilés.

Rush a alors été reconnu pour son audace liée à l’expérimentation et à l’évolution de son style musical, surtout avec la sortie de « A Farewell to Kings » (1977) et de « Hemispheres » (1978), produits tous deux aux Rockfield Studios, au Pays de Galles. Cette époque, fortement marquée par l’expérimentation, est évocatrice d’un développement approfondi d’un style original, qui se distingue par des chansons conceptuelles, l’usage des synthétiseurs et des variations de rythme complexes. Peart s’inspire de la littérature classique, fantastique et de la science fiction pour composer les paroles et intègre une variété incroyable d’instruments de percussion, comme le triangle, le glockenspiel, les « wood-blocks », la clarine, le timpani, le gong et les carillons. Pour sa part, Lifeson a amplifié son jeu de guitare à l’aide d’instruments classiques et d’instruments à douze cordes. Quant à Lee, il a exploré le son de basse synthétisé à l’aide de pédales ainsi que le Minimoog.

L’album « Permanent Waves », sorti en 1980, a atteint la 5e position des palmarès américains et mettait en lumière l’influence country et punk « new wave » du groupe. Les succès The Spirit of Radio et Freewill apparaissent notamment sur cet album. Un an plus tard, les membres du groupe produisent « Moving Pictures » (1981), album qui les conduit vers de nouveaux sommets de popularité, grâce à son style progressif et à sa sonorité accessible pour la radio commerciale. Parmi les succès de l’album, on retrouve la chanson Tom Sawyer, co-écrite avec le canadien Pye Dubois de Max Webster. « Moving Pictures » s’est hissé à la troisième position au palmarès Billboard 200 et a été certifié quadruple platine.

Bien que Rush ait atteint un niveau de popularité plus qu’enviable, ainsi qu’une reconnaissance affirmée, le groupe a poursuivi son développement et son expérimentation musicale. D’un dévouement acharné, le groupe lance huit albums dans la seconde moitié des années 80: « Exit…Stage Left » (1981), « Signals » (1982), « Grace Under Pressure » (1984), « Power Windows » (1985), « Hold Your Fire » (1987), « A Show of Hands » (1989) et « Presto » (1989). Rush s’est constamment posé à la cime des palmarès et a joui de records de ventes phénoménaux. En 1989, le groupe passe de la maison de disques Mercury à Atlantic.

Rush a alors délaissé les synthétiseurs et les sonorités électroniques pour s’adonner, pendant les années 90, à un son plus épuré, axé sur la guitare et davantage rock traditionnel. Les pièces « Roll the Bones » (1991), « Counterparts » (1993) et « Test for Echo » (1996) ont régné sur les palmarès canadiens et ont atteint les troisième, deuxième et cinquième positions respectives sur les palmarès aux Etats-Unis.

En août 1997, les membres du groupe ont interrompu leur carrière alors qu’une série d’événements tragiques s’abattait sur la famille de Peart. Cette année-là, sa fille Selena décède dans un d’accident automobile et dix mois plus tard, le cancer emporte sa femme Jacqueline. En 1998, Rush dédie à Selena et à Jacqueline la compilation de trois disques, « Different Stages », réunissant des enregistrements devant un public, tirés des tournées « Counterparts », « Test for Echo » et « A Farewell to Kings ». Le deuil de Peart a duré quelques années, pendant lesquelles il traverse l’Amérique du Nord sur sa motocyclette et rédige, lors de son périple, ses mémoires intitulées « Ghost Rider : Travels on the Healing Road » (2002). Ce n’est qu’en 2001 que Peart annonce à Lee et Lifeson son désir de remonter sur scène. C’est ainsi que Rush retourne travailler en studio à Toronto et développe, durant quatorze mois, l’album « Vapor Trails » (2002), amorçant ensuite une tournée après plus de six ans d’absence sur les planches. La dernière représentation de la tournée « Vapor Trails » a permis d’enregistrer l’album triple et le DVD du spectacle « Rush in Rio » (2003), qui s’est valu un disque de diamant au Canada.

En 2004, Rush lance l’album Feedback » pour célébrer son 30e anniversaire. Les huit pièces de l’album constituent des reprises musicales rendant hommage aux artistes qui ont influencé le groupe lors de ses débuts, trente ans plus tôt. Le groupe s’est alors lancé dans une tournée mondiale à guichets fermés et a produit un DVD de son spectacle présenté en 2005, à Frankfort, en Allemagne. Le DVD s’intitule « R30: Live in Germany. »

L’année suivante, les membres du groupe se concentrent sur la composition d’un nouvel album, « Snakes and Arrows », qui sort en 2007 et qui s’empare de la troisième position du palmarès Billboard Top 200. La chanson Far City décroche alors la deuxième position aux Etats-Unis. Rush débute alors une tournée mondiale immensément populaire et lance « Snakes and Arrows Live » en 2008.

Le 17 novembre 2009, paraît « Working Men », une compilation d’enregistrements devant public et d’extraits vidéo sur DVD des plus grands succès de Rush. Enfin, le phénomène Rush en est un de culture populaire qui ne peut se traduire par des palmarès, des chiffres de vente, du temps d’antenne ou des prix. Rush représente la quintessence du rock progressif, influence les artistes prédominants d’aujourd’hui et rassemble des hordes d’admirateurs fidèles.

Lire la biographie complète
/
Rush est intronisé au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens (CSHF)
Rush est intronisé au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens par Dave Bidini à la cérémonie d’intronisation en 2010.
Articles apparentés
le 18 avril, 2019

Auteur-compositeur de « Hit Me With Your Best Shot », musicien et défenseur de l’industrie Eddie Schwartz intronisé au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens dans le cadre de la Canadian Music Week

Communiqués de presse
le 16 avril, 2019

Stan Rogers, légende de la musique folk, et «Peter’s Dream», chef-d’œuvre des Maritimes de Lennie Gallant, intronisés au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens

Communiqués de presse
Nos partenaires