Retourner

Stan Rogers

Année de l'intronisation: 2019
Origine: Hamilton, Ontario

Conteur musical né, l’auteur-compositeur Stan Rogers était un homme à la carrure imposante et il avait une voix de baryton qui allait avec cette carrure. Ses chansons originales enracinées dans l’histoire canadienne ont fait de lui un héros national tout au long des années 70 et jusqu’à sa mort, aussi soudaine que tragique, en 1983.

Stan Rogers est né à Hamilton, Ontario, en novembre 1949. Il a absorbé les sonorités de la musique traditionnelle lorsqu’il passait ses étés à Canso, Nouvelle-Écosse, ville natale de sa mère. Il a cinq ans lorsqu’il reçoit sa première guitare comme cadeau de Noël, un instrument à sa taille fabriqué par son oncle. Durant son adolescence, il donne des spectacles un peu partout dans les cafés et les clubs folk de l’Ontario. C’est en 1969 qu’il devient professionnel et qu’il commence à jouer dans les festivals de l’Ontario et des provinces maritimes.

Rogers est devenu une figure populaire en interprétant ses propres chansons folk-trad à la radio de la CBC ainsi qu’à la populaire émission de télé « Celtic Godfather » de John Allan Cameron. Durant les années 70, il a joué (souvent accompagné de son frère Garnet) dans de nombreux événements prestigieux comme le festival Mariposa et le festival folk de Winnipeg, gagnant des admirateurs partout où il passait grâce à sa célébration authentique de la culture canadienne.

Son premier album, intitulé « Fogarty’s Cove », paraît en 1976 et il est réalisé par le légendaire Daniel Lanois. On y retrouve plusieurs classiques de son répertoire, comme la chanson d’amour Forty-Five Years et le chant de marins a capella Barrett’s Privateers et cet album établira un lien éternel entre Rogers et les maritimes.

Stan Rogers fera ses premières apparitions aux États-Unis à partir de 1978, et très rapidement, on le comparera à de grands noms du folk comme Burl Ives et Bob Dylan. Peter Yarrow, de Peter, Paul and Mary a dit de lui qu’il avait « un talent extraordinaire », et le très influent Tom Paxton l’a qualifié de « Woody Guthrie canadien ».

Durant sa courte vie, Rogers a écrit des dizaines de chansons mémorables traitant souvent de navires ou d’histoire ; on pense entre autres à The Nancy qui raconte une bataille navale sur les Grands Lacs durant la guerre de 1812 ou encore à une chanson plus contemporaine comme Make and Break Harbour. On lui doit également Bluenose au sujet du plus grand symbole de sa bien-aimée province de la Nouvelle-Écosse, ainsi que The Wreck of the Athens Queen. Ses chansons ont également célébré les autres régions de notre pays : l’ouest dans Field Behind the Plow, le nord dans Northwest Passage, et l’Ontario and White Squall, faisant ainsi de lui un vrai barde national. Ses chansons ne laissent aucun doute sur l’attachement de Stan Rogers.

Ses chansons, dont plusieurs sont désormais de véritables classiques, ont été reprises par des artistes folk et celtiques proéminents tels que Peter Paul and Mary, The Kingston Trio, John Allan Cameron, The Rankin Family, Mary O’Hara, Makem and Clancy, Raffi, Tom Courtney, The Irish Descendants, Coyote Run, The Real McKenzies, The Corries et Alestorm. Son frère Garnet et son fils Nathan ont également enregistré ses chansons.

« Northwest Passage » (1981) fut le dernier album studio de Rogers. La chanson-titre, dans la plus pure tradition celtique, parle avec éloquence — Rogers était un parolier hors pair — de la tentative de Sir John Franklin de trouver le passage du nord-ouest et elle a été nommée trésor national.

Rogers n’a lancé qu’une poignée d’albums avant que sa vie se termine prématurément. Il est mort le 2 juin 1983 à l’âge de 33 ans lors que l’avion d’Air Canada dans lequel il prenait place à son retour du Kerrville Folk Festival, au Texas, s’est écrasé à la suite d’un incendie d’origine électrique. Plusieurs albums posthumes de ses premières chansons sont parus depuis sa mort, permettant ainsi à son immense talent de continuer à se faire connaître.

Figure de proue du développement de la musique folk, trad et de la côte est, Rogers a eu une grande influence sur toute une génération d’artistes contemporains et c’est l’un des premiers artistes indépendants à fonder sa propre maison de disques, Fogarty’s Cove, puis Cole Harbour Music.

Plusieurs albums hommage ont été enregistrés et, chaque année, la municipalité de Canso est l’hôte du Stan Rogers Folk Festival où l’héritage de cet incomparable auteur-compositeur continue de vivre.

Lire la biographie complète
Articles apparentés
le 16 avril, 2019

Stan Rogers, légende de la musique folk, et «Peter’s Dream», chef-d’œuvre des Maritimes de Lennie Gallant, intronisés au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens

Communiqués de presse
Nos partenaires