Retourner

Michel Rivard

Année de l'intronisation : 2023
Origine : Montréal, Québec

Auteur, improvisateur, dramaturge, comédien, humoriste, compositeur et interprète dont la carrière s'étend sur cinq décennies, Michel Rivard est un véritable orfèvre des mots et des mélodies qui a laissé une empreinte indélébile sur la scène musicale canadienne. Ses talents de parolier, de compositeur et de chanteur, ainsi que sa capacité à décrire les émotions les plus profondes et complexes de l’expérience humaine, en font un pilier incontestable de la culture d’ici.

Né le 27 septembre 1951 à Montréal, Joseph François Michel Rivard est initié aux arts dès son jeune âge. Élevé dans un milieu familial où la créativité était encouragée (sa mère était une amoureuse de la chanson, son père, Robert Rivard était un comédien de talent), il développe un amour précoce pour la chanson, la musique et l’art sous toutes ses formes. Inspiré par la musique folk et le mouvement de la chanson québécoise des années 1960, vers l’âge de quinze ans, il commence à jouer de la guitare et à écrire ses propres chansons.

Dès 1970, il fait valoir ses talents d’auteur, de comédien, de compositeur et de musicien au sein de la troupe de vaudeville absurde La Quenouille bleue de l’Université du Québec à Montréal.. En 1972, il fonde Beau Dommage avec ses amis Pierre Huet, Pierre Bertrand et Robert Léger – auxquels se joindront Marie Michèle Desrosiers, Réal Desrosiers et Michel Hinton –, un collectif qui jouera rôle de premier plan dans le renouveau de la chanson francophone des années 1970. Lancé en 1974, le premier album homonyme du groupe pulvérise les records avec plus de 350 000 exemplaires vendus! Avec de superbes harmonies vocales, Beau Dommage chante Montréal et sa belle jeunesse sur des airs folk rock et le Québec tout entier chante à sa suite. Le deuxième album, Où est passée la noce? (1975), connaît lui aussi beaucoup de succès auprès du public.

À titre d’auteur-compositeur, Rivard contribue à définir le son distinctif du groupe, un mélange de pop, de rock et de folk que l’on pourrait définir par « folk urbain contemporain ». Ses chansons, aux mélodies accrocheuses et aux paroles qui vont droit au cœur des gens, deviennent de véritables hymnes pour plusieurs générations de Québécois et Québécoises. Qui ne connaît pas les classiques intemporels que sont La complainte du phoque en Alaska, Chinatown, Le Blues d’la métropole, Ginette, 23 décembre ou Motel mon Repos ?

Un an avant la dissolution de Beau Dommage en 1978, Michel Rivard choisit de poursuivre une carrière solo. Son premier album, Méfiez-vous du grand amour (1977), est un disque qui se veut en continuité avec le style de son ancien groupe. Avec De Longueuil à Berlin (1979), il se démarque avec un son plus européen et livre Le retour de Don Quichotte, chanson majeure que son public adopte d’emblée. Sauvage (1984) permet de découvrir Schefferville, le dernier train, émouvante chanson-reportage sur la fermeture de la ville minière. En 1987, L’album Un trou dans les nuages marque un tournant majeur pour lui : avec des chansons telles que Je voudrais voir la mer, Libérer le trésor et la pièce-titre, ce disque prouve une fois de plus l’extraordinaire capacité de Rivard à aborder des thèmes universels tels que l’amour, la perte et la quête de sens. Rivard expérimente aussi différents styles musicaux, incorporant des éléments de musique du monde et de pop dans son répertoire. Les critiques sont unanimes : c’est un virage réussi. Et les 150 000 exemplaires vendus sont la preuve que le public est du même avis.

Suivront les albums Le Goût de l’eau (1992), Maudit Bonheur(1998) et Confiance (2006) , et les chansons marquantes La lune d’Automne et Maudit Bonheur.

Au printemps 2019, il met en œuvre plusieurs de ses talents pour concevoir L’origine de mes espèces, un solo théâtral et musical présenté à guichets fermés au Théâtre La Licorne de Montréal, avant d’être applaudi partout au Québec. Mis en scène par Claude Poissant, ce spectacle raconte sa quête d’identité dans le tumulte de l’union fragile de ses parents. Puis, en janvier 2023, il lance le spectacle-anniversaire Le Tour du bloc, une promenade imaginaire, poétique et souriante durant laquelle il revisite une vingtaine de chansons marquantes et se raconte avec la verve lumineuse qu’on lui connaît.

Tout au long de sa carrière, Rivard a également écrit des chansons destinées à d’autres artistes tels Sylvie Tremblay (Je voudrais voir la mer), La Bottine Souriante (Martin de la chasse-galerie), Maxime Le Forestier (Bille de verre), Gerry Boulet (Toujours vivant), Patrick Norman (La Guitare de Jérémie), Isabelle Boulay (Entre Matane et Bâton-Rouge) et plusieurs titres du groupe Offenbach dont le succès Seulement qu’une aventure.

En plus de sa contribution artistique, Michel Rivard a été un fervent défenseur de la langue et de la culture françaises au pays. Il s’est servi de ses chansons pour exprimer ses convictions, certes, mais il a aussi tâté de la politique : en 1980, il est candidat pour le Parti Rhinocéros; puis, durant la campagne électorale fédérale de 2008, il apparaît dans le clip vidéo Culture en péril pour dénoncer la politique de coupures du gouvernement Harper à l’égard du domaine artistique.

En 50 ans de carrière, ce grand observateur de l’expérience humaine a remporté de nombreuses récompenses et distinctions dont 16 Félix, un titre de Chevalier de l’Ordre national du Québec en 2005, le Prix Denise-Pelletier couronnant l’ensemble de sa carrière en 2021 et le titre de Compagnon de l’Ordre des arts et des lettres du Québec en 2022. Comme l’ont fait Félix Leclerc, Gilles Vigneault, Robert Charlebois et Jean-Pierre Ferland, Michel Rivard a contribué à faire avancer la chanson québécoise vers la modernité. Son riche héritage musical fait désormais partie de notre patrimoine culturel, ce qui lui vaut une place de choix dans le panthéon des grands artistes du pays…

Lire la biographie complète
Articles apparentés
le 26 mars, 2024

Maestro Fresh Wes Inducted Into The Canadian Music Hall of Fame

Blogue
le 22 février, 2024

King Lou talks the genesis and legacy of Dream Warriors’ « My Definition of a Boombastic Jazz Style »

Blogue
Nos partenaires