Retourner

Le Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens intronisera six chansons qui ont marqué les années 60, 70 et 80 et qui ont vu le jour à Toronto avant de conquérir le monde

Communiqués de presse
Un spectacle présenté au Phoenix mettra en vedette des prestations par des membres de Parachute Club, A Foot in Coldwater, Klaatu, Mandala, Kensington Market et Maestro Fresh Wes qui soulignera le 30e anniversaire de « Let Your Backbone Slide »

Toronto, ON (22 octobre 2019)— Le Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens (PACC) annonce l’intronisation de six chansons marquantes issues de la scène musicale torontoise durant les années 60, 70, et 80 et qui feront l’objet d’une célébration dans le cadre d’un spectacle qui aura lieu le 21 novembre 2019 au Phoenix Concert Theatre de Toronto. Les chansons en question sont « Let Your Backbone Slide » (Maestro Fresh Wes), « Rise Up » (Parachute Club), « (Make Me Do) Anything You Want » (A Foot in Coldwater), « Calling Occupants of Interplanetary Craft » (Klaatu), « Opportunity » (Mandala) et « I Would Be the One » (Kensington Market). Ces nouvelles intronisations seront célébrées dans le cadre d’un événement pour les membres de l’industrie et le grand public intitulé DECADES : The Toronto Sound of the 60 s, 70 s & 80 s dont les billets sont disponibles dès maintenant sur TicketWeb.

« Nous sommes ravis de rendre hommage à ces magnifiques chansons qui ont été inspirées et sont le reflet de la ville de Toronto et qui ont été créées par des auteurs-compositeurs de grand talent qui représentent les diverses perspectives de leur décennie », a déclaré la directrice générale du Panthéon, Vanessa Thomas. « Ce sera une soirée remplie de nostalgie, de musique et de cœur. Je tiens à remercier Crowe Soberman et Gowling WLG pour le soutien qu’ils ont offert au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens dans la production de ce premier spectacle à ne pas manquer. »

Le spectacle mettra en vedette des prestations de Maestro Fresh Wes, Lorraine Segato (Parachute Club), Alex Machin (A Foot in Coldwater), George Olliver (Mandala), Keith Mckie (Kensington Market) et d’autres invités surprise. L’événement soulignera l’excellence créative de ces artistes qui représentent les nombreux genres, communautés et sonorité de Toronto, que ce soit le hip-hop, la pop psychédélique, la new wave ou le soul.

Les six chansons intronisées au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens sont :

« Opportunity »
écrite par : Domenic Troiano — 1967

« Opportunity » est un bel exemple de la musique soul canadienne de la fin des années 60 parfois appelée le « Toronto Sound ». C’est le regretté guitariste canado-italien Domenic Troiano qui l’a écrite pour le groupe The Mandala en 1967. « Opportunity » fut le premier simple de Mandala, le quintette maison du club Bluenote de Toronto qui servait de musiciens pour les chanteurs R&B et soul de passage dans la Ville Reine. The Mandala a également joué au Hawk’s Nest de Ronnie Hawkins avant de jouer, à la fin de 1966, devant des salles combles et en délire à Hollywood, dont notamment le Whiskey-A-Go-Go et The Hullabaloo. Le 45 tours d’« Opportunity », avec « Lost Love » sur la face B, a été lancé en janvier 1967. Il s’est immédiatement inscrit au no 40 du palmarès CHUM et s’est rapidement rendu jusqu’au no 3, le 20 février.

« I Would Be the One »
Écrite par : Keith McKie — 1968

L’intrigant simple « I Would Be the One », lancé en 1968 par le groupe Kensington Market, a été un succès national à une époque où il était quasi impossible pour un artiste canadien de tourner à la radio canadienne. La réglementation concernant les contenus canadiens n’entrerait en vigueur que quelques années plus tard, mais cela n’a pas empêché le simple de passer plusieurs semaines sur les palmarès malgré une concurrence très féroce. Au Canada, le simple a trôné au sommet du palmarès des contenus canadiens du magazine RPM pendant deux semaines en septembre, damant le pion aux Irish Rovers, à Andy Kim et aux Stampeders. Le succès du simple a permis au groupe de jouer à New York, San Francisco, Chicago, Détroit et Boston. Ils ont assuré la première partie de Jefferson Airplane lors du passage du groupe à Hamilton en juillet 1968.

« Calling Occupants of Interplanetary Craft »
Écrite par : John Woloschuk, Terry Draper—1976

La chanson de variété aux accents interstellaires « Calling Occupants of Interplanetary Craft » de Terry Draper et John Woloschuk du trio rock Klaatu est devenue un succès en partie en raison des rumeurs que Klaatu était en fait une réunion des Beatles. Ces rumeurs, jumelées à l’indéniable qualité de la pièce, ont permis à « Calling Occupants » d’atteindre la 45e position des palmarès au Canada et la 62e position de Billboard, et 50 000 exemplaires du simple se sont écoulés au Canada et pas moins de 500 000 aux États-Unis. Le duo frère et sœur The Carpenters, gagnant de nombreux Grammy, a enregistré sa propre version de « Calling Occupants » en 1977 et celle-ci a été finaliste pour le Grammy du meilleur arrangement instrumental accompagnant une vocaliste en plus de s’inscrire au Top 10 dans de nombreux pays, notamment au Royaume-Uni et au Japon.

 « (Make Me Do) Anything You Want »
 Écrite par : Paul Naumann, Danny Gordon Taylor—1972

La ballade pop-rock « (Make Me Do) Anything You Want » est une création de Paul Naumann et Danny Taylor du groupe A Foot in Coldwater. « Make Me Do Anything You Want », accompagnée de « Alone Together » sur la face B, a fait son entrée sur le palmarès Top Singles de RPM en juin 1972 et elle a figuré au Top 40, pas une, pas deux, mais bien trois fois. Les stations CJOE (London, Ontario) et CKOC (Hamilton) ont déclaré au magazine Billboard qu’il s’agissait du meilleur simple Canadien qu’elles ont fait jouer cette année-là. A Foot in Coldwater est devenu un groupe très populaire partout au Canada grâce à Anything You Want et leur a valu un contrat mondial avec Jac Holzman d’Elektra Records à New York. Elle est devenue un Classique SOCAN en 1993, un prix soulignant plus de 100 000 exécutions radio. La chanson sera plus tard un succès pour le très populaire groupe Helix qui en a enregistré sa propre version en 1985.

 « Rise Up »
Écrite par : Billy Bryans, Lauri Conger, Lorraine Segato, Steve Webster, Lynne Fernie—1983

Le Classique de la SOCAN « Rise Up », fut l’un des premiers succès pop canadiens à incorporer les rythmes envoûtants du reggae et de la soca. Le septuor torontois Parachute Club subissait des pressions pour terminer l’enregistrement de son premier album et ils ont approché la réalisatrice 
Lynne Fernie afin qu’elle écrive les paroles de « Rise Up ». Parachute Club a joué son futur succès à l’événement de la fierté gaie en 1983 à l’université de Toronto devant des centaines de personnes. Les droits des personnes homosexuelles en étaient à leurs balbutiements malgré l’entrée en vigueur de la charte canadienne des droits et libertés. « Ce qui a propulsé le succès de “Rise Up” a d’abord été nos fans de la communauté gaie et lesbienne et de la communauté féministe qui ont été les premiers à entendre et à défendre notre appel à l’égalité », explique Lorraine Segato. Forts de cet accueil des plus favorables, Parachute Club a enregistré « Rise Up » afin de l’inclure sur leur premier album éponyme produit par le désormais légendaire Daniel Lanois. La chanson a été un succès immédiat et l’album a été certifié Or en décembre 1983 avant de remporter le JUNO du Simple de l’année en 1984.

 « Let Your Backbone Slide »
Écrite par : Wesley Williams, Anthony Davis, Peter Davis—1989

En 1989, Wesley Williams, le MC hip-hop connu sous le nom de Maestro Fresh Wes, a produit un démo pour une pièce rap très dansante intitulée « Let Your Backbone Slide ». Il est parvenu à attirer l’attention de la maison de disque new yorkaise LMR (Lefrak-Moelis Records) qui a reconnu son potentiel et lui a offert un contrat qui a débouché sur la parution de l’innovateur album Symphony in Effect. Co-écrit et produit par Anthony Davis et Peter Davis au studio Don Valley Sounds de Markham, Ontario, l’album et son premier simple « Let Your Backbone Slide » sont tous deux devenus des « hits » historiques : le simple, certifié Or, est également devenu le premier simple hip-hop canadien à figurer au Top 40, tandis que l’album a été certifié Platine, une première pour un artiste noir canadien. « En fin de compte, nous n’avons pas simplement enregistré un disque, nous avons écrit une page d’histoire, et ça, c’est merveilleux. J’ai eu la chance d’être le bon gars au bon moment », a un jour déclaré Maestro Fresh Wes en entrevue.

 À propos du Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens
Le Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens (PACC) honore et célèbre le travail des auteurs-compositeurs canadiens et de ceux qui ont consacré leur vie à mettre en valeur notre patrimoine musical et à éduquer le public sur leurs réussites. Organisme national sans but lucratif, le PACC est dirigé par son propre conseil d’administration composé de créateurs et d’éditeurs de musique francophones et anglophones, ainsi que de représentants de l’industrie du disque. En décembre 2011, la SOCAN (Société canadienne des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique) a fait l’acquisition du PACC. Le mandat du Panthéon est conforme aux objectifs du PACC en tant qu’association fondée sur ses membres auteurs-compositeurs et éditeurs. Le PACC continue d’être géré en tant qu’entreprise indépendante. www.cshf.ca

Dernières nouvelles
le 09 octobre, 2019

L’auteure-compositrice prodige Lowell et le finaliste du prix Polaris Les Louanges remportent l’édition 2019 du Prix Slaight Music pour un auteur-compositeur émergent présenté par le Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens

Communiqués de presse
le 08 octobre, 2019

La chanson « Aimons-nous » d’Yvon Deschamps et Jacques Perron intronisée au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens

Communiqués de presse