Toutes chansons intronisées
« Quand j’ai écrit Marie-Hélène, c’était en 1976. Je croyais que la situation des jeunes allait changer. Mais elle est toujours aussi vraie, cette chanson: qu’il n’est pas facile d’avoir 20 ans. »
Marie-Hélène
  • Année de l'intronisation: 2015
  • Année de composition: 1976
Auteurs-compositeurs
Sylvain Lelièvre Auteur-compositeur
© Photo Credit SOCAN
Artistes
Guillaume Vigneault
Linda Racine
Robert Angelillo
Marc Bélanger
La touchante chanson jazz-pop Marie-Hélène a beaucoup contribué à lancer la carrière de Sylvain Lelièvre, l’auteur-compositeur, poète et lauréat de plusieurs Félix, adoré tant en France qu’au Québec pour sa maîtrise de la langue française.

Lelièvre était déjà connu par le public pour sa populaire chanson Petit matin lorsqu’il a lancé Marie-Hélène en 1976, pièce qui était extraite de son album « Programme double » paru sur étiquette Les Disques Presqu’île. L’album, et tout particulièrement la pièce Marie-Hélène, a confirmé que l’artiste ferait partie des grands auteurs-compositeurs québécois.

Marie-Hélène est une intrigante étude de caractère où Lelièvre se fait l’observateur d’une jeune femme qui débute sa vie dans une grande ville. Lelièvre dépeint son personnage avec quelques traits aussi habiles que parcimonieux: Marie-Hélène vient juste d’avoir vingt ans; elle a pourtant pas d’amant; C’est pas facile d’avoir vingt ans, C’est plus mêlant qu’avant…

Lelièvre raconte l’écriture de la chanson: « Quand j’ai écrit Marie-Hélène, c’était en 1976. Je croyais que la situation des jeunes allait changer. Mais elle est toujours aussi vraie, cette chanson: qu’il n’est pas facile d’avoir 20 ans. Toute la tradition de la chanson dit que c’est beau d’avoir 20 ans, et ç’a été beau pour moi. Je regarde les étudiants avec lesquels je travaille, c’est beaucoup moins beau pour eux […] La chanson allait raconter la solitude ». (Lelièvre, Sylvain. (26 mai 2006). Le chanteur libre. Canada: Éditions TYPO.)

Le « groove » jazz qui a permis à Marie-Hélène de devenir populaire sur toutes les radios du Québec est établi d’entrée de jeu: après une brève intro de guitare et de percussions, un « riff » de violon jazzy et lancinant donne le ton. Lelièvre chante les couplets et Louise Bédard se joint à lui pour le refrain tandis que l’arrangeur Marc Bélanger se charge du violon. L’atmosphère de la chanson est très décontractée, à l’image de son personnage principal.

Les références culturelles qu’elle contient établissent bien l’espace et l’époque de la pièce: Montréal (« rue St-Denis? », « en métro »), ainsi que des groupes tels que Genesis, Harmonium (« Cinquième saison ») et les Beatles (Let it Be).

La popularité de Marie-Hélène fut très rapide. La partition de la chanson a été publiée en 1977 et se vendait 1,75$ l’exemplaire. En 1980, la chanson a figuré à l’album « Sylvain Lelièvre – 13 » et le nom de la pièce figurait bien en vue sur la pochette. Elle a été relancée en tant que simple par Kébec-Disc en 1981.

Marie-Hélène figure sur de nombreux albums subséquents de Lelièvre: « Le Chanteur indigène » (1983, Kébec-Disc), un album compilation destinée au marché français; « Ses plus belles chansons » (1991, Kébec-Disc), où le titre de la pièce figurait une fois de plus sur la pochette; ainsi qu’une version instrumentale à deux pianos enregistrée pour Radio-Canada et parue sur le disque « Chansons Retrouvées » (2008). C’est également cette pièce qui ouvre la compilation « L’Intégrale1975-1989 » (2002) et on peut l’entendre sur l’album « Versant jazz : Live au Lion d’Or » (2002). On retrouve également sa partition dans les collections de chansons intitulées « Le Plus Beau Métier » et « Le chanteur libre », et on l’a également arrangée pour en faire un chœur à quatre voix.

2001 fut une année importante pour Marie-Hélène: elle a été sacrée Classique de la SOCAN, soulignant au moins 25 000 exécutions à la radio, et « L’Intégrale1975-1989 » a remporté le Félix de l’Anthologie/Réédition/Compilation de l’année. 2002 fut tout aussi fructueuse, puisque le disque « Versant Jazz : Live au Lion d’Or » a reçu le Félix de l’album de l’année — Jazz.
Peu de temps après la mort soudaine de Sylvain Lelièvre en 2002, la communauté musicale du Québec s’est réunie sur scène pour chanter Marie-Hélène et ses autres succès lors d’un concert hommage. Depuis, la chanson est devenue un classique du répertoire de nombreux groupes hommages, dont notamment « Lettres de Lelièvre » et l’artiste a également fait l’objet d’un documentaire radio de sept épisodes sur les ondes de Radio-Canada.

Marie-Hélène a été interprétée par Guillaume Vigneault, fils du mentor de Lelièvre, Gilles Vigneault; par la chanteuse jazz Linda Racine, sur son album en nomination au gala de l’ADISQ en 2007 intitulé « Racines »; par Le Quatuor Robert Angelillo (en version instrumentale); et par Marc Bélanger. Elle a aussi figuré dans de nombreuses anthologies dont « Les Cent plus belles chansons du Québec » et « Les Romantiques Vol.1 ». Même 27 ans plus tard, en 2013, Marie-Hélène a continué à être encensée après sa parution sur « Petite anthologie : de Limoilou à Tombouctou ».

Sylvain Lelièvre (1943-2002) est originaire de Québec. Son intérêt pour le piano et la littérature française l’ont poussé à poursuivre deux carrières parallèles, celle d’auteur-compositeur et celle de professeur de français au Collège Maisonneuve de Montréal. Poète et romancier, il eut Gilles Vigneault comme mentor et s’est fait connaître grâce à des chansons telles que Petit matin, Lettre de Toronto, Hiroshima et Tôt ou tard. Parmi les autres honneurs qu’on lui a accordés, on pense notamment à sa première place lors de l’édition 1963 du Concours international de chanson ainsi que le Félix de l’auteur ou compositeur de l’année en 1994. La Société professionnelle des auteurs et des compositeurs du Québec (SPACQ) a nommé un prix annuel en son honneur et le Prix Québec/Wallonie-Bruxelles est devenu le Prix Rapsat-Lelièvre en l’honneur de Pierre Rapsat et Sylvain Lelièvre, décédés à quelques jours d’intervalle en avril 2002. On a également donné son nom à un auditorium du Collège de Maisonneuve ainsi qu’au Cégep de Limoilou et le Parc Sylvain-Lelièvre a été inauguré dans Limoulou, à Québec, en 2004.

Lire l'article au complet
/
Alexandre Désilets | Marie-Hélène
Marie-Hélène performed by Alexandre Désilets as part of the Canadian Songwriters Hall of Fame’s song induction series, Covered Classics. Marie-Hélène was written by Sylvain Lelièvre.
Articles apparentés
le 24 octobre, 2018

The Hockey Song de Stompin Tom Connors intronisée au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens

Communiqués de presse
le 22 octobre, 2018

La chanson « Québécois » du groupe La Révolution Française Intronisée au Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens

Communiqués de presse
Nos partenaires