Toutes chansons intronisées
« En fin de compte, nous n’avons pas simplement enregistré un disque, nous avons écrit une page d’histoire, et ça, c’est merveilleux. J’ai eu la chance d’être le bon gars au bon moment »
Let Your Backbone Slide
  • Année de l'intronisation: 2019
  • Année de composition: 1989
Auteurs-compositeurs
Wesley Williams (Maestro) Auteur-compositeur
Anthony Davis Auteur-compositeur
Peter Davis Auteur-compositeur
Artistes
Maestro Fresh-Wes
L’auditoire canadien a rapidement adopté le hip-hop, une nouvelle forme d’expression créative issue de New York dans les années 70. Malheureusement pour les artistes évoluant dans ce genre, l’industrie canadienne de la musique ne démontrait pas le même intérêt que le public pour cette musique. Tout a changé avec l’arrivée d’un jeune artiste de Scarborough déterminé à prouver que le temps était venu de laisser sa place à la scène hip-hop canadienne.

En 1989, Wesley Williams, le MC hip-hop connu sous le nom de Maestro Fresh Wes, a produit un démo pour une pièce rap très dansante intitulée Let Your Backbone Slide. Il est parvenu à attirer l’attention de la maison de disque new-yorkaise LMR (Lefrak-Moelis Records) qui a reconnu son potentiel et lui a offert un contrat qui a débouché sur la parution de l’innovateur album « Symphony in Effect ».

Produit par Anthony Davis et Peter Davis au studio Don Valley Sounds de Markham, Ontario, l’album et son premier simple Let Your Backbone Slide (Attic ATT 2005 1989) sont tous deux devenus des « hits » historiques : le simple, certifié Or, est également devenu le premier simple hip-hop canadien à figurer au Top 40, tandis que l’album a été certifié Platine, une première pour un artiste noir canadien.

Grâce à à une rotation intense à la radio et au vidéoclip diffusé par MuchMusic, Let Your Backbone Slide a été double No.1 : sur le palmarès dance/musique urbaine de RPM pendant trois semaines en février 1990 — surpassant ainsi Janet Jackson, Paula Abdul et 2 Live Crew —, ainsi que sur le palmarès des contenus canadiens. À la fin du mois de mars, il a atteint le No.10 du palmarès des meilleurs simples.

Aux États-Unis, Let Your Backbone Slide est monté jusqu’en 14e position du palmarès des simples rap de Billboard.

« En fin de compte, nous n’avons pas simplement enregistré un disque, nous avons écrit une page d’histoire, et ça, c’est merveilleux. J’ai eu la chance d’être le bon gars au bon moment » a un jour déclaré Maestro Fresh Wes en entrevue.

La pièce propose une musique funk et R&B très dansable avec des échantillonnages de James Brown, Public Enemy et d’autres, tandis que le titre est emprunté à The Stroke de Billy Squier. « J’ai dit à mes producteurs que je voulais une chanson qui personnifie cette phrase. Il faut que ce soit funky et que ça frappe fort. Je voulais un truc que les gens écouteraient et sauraient immédiatement qu’il se passe quelque chose de gros au Canada. Quelque chose qui nous représente vraiment et qui dit que je ne suis pas Américain », explique l’artiste.

Le résultat est on ne peut plus clair dès la première rime :

« This is a throw-down, a showdown / Hell no, I can’t slow down! »

La maîtrise des jeux de mots improvisés et des rimes de Williams lui vaudront une avalanche de prix et des nominations : tout premier JUNO du meilleur enregistrement rap (1991), prix MuchMusic du meilleur vidéoclip de 1990 ainsi qu’une nomination pour ce même prix aux JUNOs 1990, tandis que cette même année, le simple était en nomination dans les catégories simple de l’année et meilleur enregistrement dance.

En 1998, un remix de Let Your Backbone Slide a atteint le No.4 du palmarès dance/urbain RPM, derrière la version de Stars on 45 de If You Could Read My Mind, une chanson écrite par un autre membre du Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens, Gordon Lightfoot.

Let Your Backbone Slide a figuré sur d’innombrables compilations comme « Enter the Rap Zone! », « Rap Traxx 3 » et « It’s a Rap » et elle a été maintes fois échantillonnée.

En 2017, Let Your Backbone Slide a été certifié Classique de la SOCAN.

Williams est fier, avec raison, de savoir que son disque a ouvert la porte à des artistes au succès international comme Drake et The Weeknd : « On a eu la chance d’être au bon endroit au bon moment... Je suis fier que ce soit le premier simple hip-hop canadien a être certifié Or... Et je suis l’une des raisons pour laquelle ils ont créé la catégorie de l’enregistrement rap de l’année aux JUNOs, ce dont je suis également très fier. »

Wesley Williams (Maestro Fresh Wes), le « parrain du hip-hop canadien » est né à Toronto en 1968. Avant d’évoluer en solo, il a fait partie du duo Vision Crew qui a déjà assuré la première partie des Beastie Boys. Il a enregistré huit albums, été finaliste plus d’une douzaine de fois aux JUNOs et il a remporté plusieurs de ces trophées. Il est également acteur et a été finaliste au prix Gemini.

Lire l'article au complet
Articles apparentés
le 10 janvier, 2020

Le Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens pleure la mort de Neil Peart du groupe Rush

Nouvelles du PACC
le 22 octobre, 2019

Le Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens intronisera six chansons qui ont marqué les années 60, 70 et 80 et qui ont vu le jour à Toronto avant de conquérir le monde

Communiqués de presse
Nos partenaires